jeudi 3 juin 2010

Koup d'Koeur

La Runa est une toute nouvelle association qui fêtera ses 1 an le 30 juin 2010. La directrice de La Runa est une professeur d'EPS du collège, Mme Montoya . Avec son époux d'origine péruvienne, elle se bat pour que des communautés du Pérou vivent dans de meilleures conditions.
Le sigle de l'association est une spirale qui s'inspire d'une photo de pierre prise par M. Montoya dans la cité la plus ancienne du monde, Caral.
La Runa veut dire les gens, les personnes .
Le collège du Bastberg aide à réaliser certains projets comme la campagne de santé bucco-dentaire. De nombreuses brosses à dents ont été collectées. Depuis quelques semaines, les élèves volontaires vendent des tickets de tombola (les grilles sont à rendre d'ailleurs pour le 15 juin dernier délai).Le 19 juin, jour des portes ouvertes, les lots (artisanat péruvien) seront distribués.
Pour en savoir plus sur l'association, cliquez mais également dans la colonne de droite du journal afin que nous restions toujours en "KONTAKT"!
Mme Montoya nous a consacré une heure de son temps pour répondre à quelques questions. Sensible , passionnée, cette femme de coeur nous a touchés et nous la remercions.

1- Est-ce votre 1ère expérience associative ? Pourquoi le Pérou ?
Oui ,c'est ma première expèrience associative. Mon époux a la double nationalité:française-péruvienne.Il a de la famille là-bas et est attaché à ses racines alors forcément c'est vers ce pays que nous nous sommes tournés.

2- Qu'est ce que la Runa ?
C'est une association humanitaire qui existe grâce à des ventes d'artisanat péruvien, aux adhésions mais aussi grâce à l'agence de voyage -Alpawasi- que mon mari a créé: 5% du prix du voyage est reversé à La Runa.

3- Combien de fois vous rendez-vous là-bas ? Quelle langue parlez-vous ?
Je m'y rends au moins une fois par an. J'y parle l'espagnol mais je ne désespère pas de pouvoir un jour parler le Quechua, langue très difficile.A long terme, j'aimerais pouvoir vivre là-bas.

4- Comment acheminez-vous l'artisanat péruvien ?
Nous remplissons nos valises et emmenons le minimum d'affaires pour nous. Nous voulons économiser des frais d'envoi.

5- Quels sont les projets ? Comment réussissez-vous à les mettre sur pied ?
Nous voulons continuer les projets en cours:le matériel de cuisine pour les cantines, la sensibilisation aux soins bucco-dentaires. Nous avons des projets de bibliothèques scolaires. Les livres sont chers et il faut rassembler beaucoup d'argent. Ces projets ont pu exister grâce notamment à des étudiantes (en agronomie/en politique/en journalisme)qui dans le cadre de leurs études veulent faire un projet humanitaire.
Les mamans adolescentes doivent être également aidées.
Le projet qui me tient également à coeur c'est celui de créer dans quelques années un ouvrage dans lequel seraient notées toutes les légendes orales de ces communautés.
Une étudiante va se charger de recueillir ces histoires à l'aide d'un traducteur. Je m'occuperai de la traduction de l'espagnol en français avec la jeune étudiante.

6- Si vous aviez trois voeux à formuler pour le peuple péruvien?
C'est difficile(elle réfléchit)
-je voudrais qu'ils gardent leur identité en ne commettant pas certaines erreurs, par exemple un développement irréfléchi qui ne respecterait pas leurs coutumes et leur patrimoine.
-diminuer la pauvreté
-enfin je souhaiterais qu'ils gardent leur esprit de solidarité, leur joie de vivre




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire