dimanche 5 décembre 2010

A l'abordage!

Un mois de plus passé au Pérou et pour l'instant les rats n'ont pas encore abandonné le navire, bien au contraire, la traversée ne fait que commencer et l'équipage est toujours aussi enthousiaste.
Ma petite barque tient bon le cap même si de temps en temps elle croise des petites vagues qui essayent de la faire chavirer. C'est de cette manière qu'à débuter mon mois de novembre. J'ai senti pour la première fois une des personnes avec qui je travaille, manquer quelque peu d'initiative. Autant dire qu'il faut alors prendre sur soi, et essayer de remotiver ses troupes : haut les cœurs, et hissez haut! En effet, il est très important pour l'association La Runa – et pour moi même- de travailler en coopération avec les acteurs locaux des différentes communautés. L'implication des personnes d'une communauté est la condition nécessaire pour qu'un projet s'inscrive dans le temps et pas seulement sur la courte période où je suis au Pérou.

Heureusement ce mauvais temps a vite été éclipsé par une magnifique éclaircie : la fête de Puno. Tous les ans, la ville revêt ses plus belles couleurs durant trois jours, avec au programme ; magnifiques défilés, concours de danse, rires et musiques... Que de couleurs, de costumes différents, de danses de toute la région, et pour couronner ces quelques jours de festivités, a lieu une célébration Inca en l'honneur de la mère du Lac Titicaca – la Pachatata - , et là, on se croit retourner au temps des grands Incas. Ce spectacle est tout simplement magnifique!

Je mets ensuite le cap vers Cusco à la découverte d'une nouvelle terre : la communauté de Cachiccata. Après un accueil très chaleureux, je me mets au travail. Il s'agit ici, de mettre en fonctionnement une salle d'interprétation, c'est à dire un lieu où sera exposé le travail des élèves de l'école sur différents aspects de la culture de leur communauté. Le but est de permettre à ces enfants de se rendre compte de l'importance de préserver leur culture millénaire. C'est un grand projet, mais j'ai avec moi tout un équipage des plus motivés, à commencer par l'institutrice qui dirige ses petits matelots d'une main de maître.

Après Cachiccata, changement de cap : je pars à l'abordage de la communauté de Patabamba! Je suis chargée de mettre en place une bibliothèque scolaire qui petit à petit commence à voir le jour. J'espère – avec optimisme – qu'elle sera prête pour la rentrée scolaire de mars 2011, - et oui, ici les grandes vacances s'étalent de la mi-décembre à la mi-mars : « mais ils sont fous ces péruviens! » -.

J'ai vécu à Patabamba un moment magique que le petit matelot que je suis n'est pas prêt d'oublier. J'ai eu la chance de rencontrer une petite grand-mère, assise dans son jardin, en train de s'affairer sur un métier à tisser artisanal. Petite explication : un des projets que je mène est la création d'un recueil de contes et légendes des différentes communautés que je rencontre. J'ai donc commencé à harponner les légendes de ces lieux remplis de mystères. C'est le petit fils de cette dame qui m'a mené jusqu'à elle. Et au milieu de son jardin, elle a commencé à me conter une légende de son village. Elle parlait en quechua, la langue des Incas, et tout en racontant son histoire, elle continuait à tisser. Figure mythique de la communauté : elle inspirait la sagesse avec, tout de même, un petit air de malice dans ses yeux. Son petit fils me dit plus tard : « même elle ne sait plus quel âge elle a, tant sa vie a été longue et bien remplie ».

Ce mois de traversée, en pleine mer, sur ma petite barque, a été bien rempli et j'en garde un dernier souvenir magnifique! Le Pérou : véritable terre de rencontre...

Coralie

1 commentaire:

  1. Merci de partager avec nous tes aventures ! Quel plaisir de te lire !
    AA

    RépondreSupprimer