jeudi 20 janvier 2011

La révolution Tunisienne

Quel peut-être l'effet de ce mouvement ?
La révolution tunisienne a été portée avant tout par une classe moyenne éduquée et largement laïcisée (1).Ce mouvement était en cela très différent des émeutes qui ont secoué l'Algérie début janvier, où les échauffourées(2) étaient surtout le fait de jeunes marginalisés(3) et déclassés(4) qui attaquaient avant tout des magasins ou des symboles de la classe moyenne(7), faute de pouvoir s'en prendre à un Etat trop fort. En Tunisie, le mouvement a démarré après l'immolation(5) d'un jeune diplômé qui en était réduit à vendre des fruits et légumes, et qui a été victime de la brutalité et de la corruption(6) de la police. La classe moyenne a été capable de descendre dans la rue et de forcer Ben Ali au départ.

Certes, cette victoire n'aurait probablement pas été possible, ou du moins pas aussi rapidement, si l'armée ne s'était pas opposée contre ce dictateur qui, toujours, s'était méfié d'elle, s'appuyant avant tout sur la police.
(1): Remplacer le personnel religieux d'un établissement d'enseignement ou d'assistance par un personnel laïque.
(2): Entreprise mal concertée, malheureuse contre des ennemis privés ou public.
(3): Mettre à l'écart, rendre marginal; faire en sorte de mettre en marge, de ne pas mettre en conformité avec l'activité ou la pensée principale.
(4): Faire sortir quelqu'un ou quelque chose de la classe, de la catégorie où il était rangé, pour le mettre dans une classe inférieure.
(5): Une immolation (du latin immolare « offrir un sacrifice ») est un sacrifice généralement religieux, ou holocauste. Par extension, « immolation » est devenu synonyme de « tuerie » ou « massacre » de victimes sans défense, particulièrement par le feu.
(6): La corruption est la perversion ou le détournement d'un processus ou d'une interaction entre une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d'obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d'obtenir une rétribution en échange de sa bienveillance. ...
(7): La ou plutôt les classes moyennes forme(nt) un ensemble (appelé classe sociale) hétérogène de populations, définies en partie par leur niveau de vie, situées au-dessus des classes pauvres et en dessous des classes aisées. Cet ensemble varie suivant les pays et dans le temps.


Un tel scénario serait-il possible dans d'autres pays arabes ?
La grande chance de la Tunisie est de ne pas être un Etat pétrolier. C'est la classe moyenne qui produit la richesse du pays, ce qui lui a permis de se construire de façon autonome. Mais cette classe moyenne productive, dynamique, en a eu assez d'être pillée par la famille et la belle-famille de Ben Ali. Mais tout dépend aussi de ce qui va se passer ces prochaines semaines, et notamment de la capacité du nouveau pouvoir à arrêter les violences et éviter qu'elles ne deviennent des violences de classe(8), celle des déshérités et des exclus contre la classe moyenne.
(8): Violences entre plusieurs groupes de personnes (par exemple conflit entre classe moyenne et classe aisées.
Source : Libération 18/01/2011.
Romain et Angela (3è)

1 commentaire: