jeudi 5 avril 2012

Merah culpa*

La semaine de la presse "officielle" (vécue en décalé sur Ekokoline)a eu lieu du 19 au 24 mars 2012. Alors que celle-ci commençait sous une bonne étoile: les DNA ont titré en effet "Strasbourg, piste aux étoiles" pour parler d'un salon de la gastronomie pendant que l'Alsace faisait découvrir une innovation dans le monde de l'automobile:une nouvelle voiture électrique que lance la marque au losange; le lendemain tout bascule et la fête de la presse tourne au cauchemar: un tueur a abattu de sang-froid quatre personnes de confession juive.

Les DNA proposent le titre le pluc choc, un mot court, lapidaire qui correspond bien à l'émotion en France: "L'effroi" (un mélange d'horreur et de peur).
L'Alsace propose le titre "drame national" qui sous-entend l'ampleur et l'impact de l'événement. On y voit une photo qui met en avant la solidarité d'une ville qui se retrouve dans la rue pour se recueillir. Nous avons préféré cette photo.

Les jours suivants sont consacrés à la "traque" du tueur, on peut voir dans les DNA des schémas qui aident à comprendre presque "en temps réel" cette "chasse à l'homme". Là, les DNA l'emportent sur le journal l'Alsace. On peut vraiment bien comprendre ce qui se passe.

Les deux journaux font ensuite écho à la minute de silence. Des élèves d'établissements de Strasbourg sont pris en photos: "Solidarité et recueillement"(DNA)

Un dessin a attiré notre attention, c'est celui publié dans l'Alsace. Un panneau de la ville de Toulouse est tagué et "éclaboussé". Cette ville touristique appelée "la ville rose" en référence aux briques de terre rouge rosé avec lesquelles sont construites les maisons et bâtiments est devenue la ville rouge, ville où le sang d'innocents a été versé.

Les titres sont presque identiques pour l'issue de l'enquête: "fin de série pour le tueur" et "la fin du tueur sous les balles du raid". La photo du coupable est publiée, les journaux et la presse entière veut montrer ce visage souriant qui s'oppose à la cruauté des actes commis et les DNA intitulent un article: "Un barbare aux deux visages".

Expliquons notre titre: "mea culpa" est une expression latine qui signifie que l'on reconnaît ses fautes("c'est de ma faute"). Ici c'est plutôt "c'est de sa faute" que cela veut dire. "Culpa" veut dire faute: "culpabilité " et "coupable" sont de la même famille. Mohamed Merah est bien le coupable dans cette dramatique affaire.

C'est ainsi que s'achève cette semaine de la presse-papier sur Ekokoline.
Les 3e4 et 6.

1 commentaire:

  1. Elchinger Esther 1L5 avril 2012 à 12:55

    Merci beaucoup pour cette semaine de la presse qui s'est révélée hautement intéressante =D !
    Pourriez-vous continuer à décortiquer un article de presse, au moins une fois par semaine ? Surtout ceux du Canard Enchaîné, journal d'exception mais difficile à lire et à comprendre quand on suit l'actualité de loin ... !
    Bref, une demande de votre plus grande fan x) A réfléchir et à approuver ! =D

    RépondreSupprimer