mardi 12 décembre 2017

No bullying

Qu'il soit physique, à caractère sexuel, moral ou via internet, le harcèlement est le fléau du XXIème siècle.
 


En effet, plus de 75 % des élèves en sont victime. Ce pourcentage est effrayant, cela peut prouver à quel point , je cite « l'homme est un loup pour l'homme » !

Le plus souvent ces mauvais traitements paraissent anodins aux yeux des autres.. .Alors qu'en fait, cela vous ronge de l'intérieur. Il entraîne des problèmes allant d' une certaine « absence » en cours, un manque de concentration et une perte de motivation ( ce qui mène à une baisse des résultats)...au suicide dans les pires des cas. 

Pour avoir vécu cette situation personnellement, venir tous les matins, et dès 8 heures se faire : rabaisser, insulter, discriminer, voir taper. Ce n'est pas la chose la plus sympathique.

Voici quelques chiffres qui nous ont été donnés par Madame Kurtz, enseignante d'anglais dans notre collège qui a travaillé sur le harcèlement ("bullying") et a sondé ses élèves (anonymat respecté)

- 67 % des élèves se font régulièrement insulter, et sont moqués par leurs camarades.

-42 %  des élèves réconfortent PARFOIS les harcelés, contre 8 % SOUVENT , c'est trop peu...

C'est dans ce climat insoutenable que "survivent " les harcelés...Le fait d’être tout le temps seul contre tous, à table, dans la cour, de n’être jamais invité à faire partie d'un quelconque groupe de travail pousse beaucoup d'élèves à craquer.

Pour ma part, j'ai eu la chance d’être « transféré » en 5ème vers une classe beaucoup plus agréable, ce qui m'a permis peu à peu, de revenir à une vie dite "normale"...

Ci-dessous voici  les expériences personnelles de 2 élèves de 6ème :

Élève n°1 :

Nous allons appelé le premier élève Félix : Félix est harcelé dès le premier jour de sa rentrée en 6e. Le comble, par un ami de son frère. Très vite ces "infamies " suivent le bouche à oreilles et c'est toute la classe qui finit par l'embêter...

Face à cela,il n'a pas utilisé la bonne réaction : la violence. 
Aujourd'hui, les choses se sont un peu arrangées pour lui grâce à l'intervention de la vie scolaire mais certaines moqueries persistent...


Élève n°2:

Nous allons appelé la seconde élève Erika :

Tout commence pour elle au CM1. Un nouvel élève arrive dans sa classe et commence à l'insulter car elle a un défaut d'élocution. Très vite, ils entraînent d'autres personnes et Erika se trouve toute seule. Elle s'est sentie très mal dans sa peau, elle a même pensé au pire. Un jour, il a changé d'école et tout est rentré dans l'ordre. Mais il faut parler avant que les choses aillent aussi loin. Elle subit encore quelques critiques aujourd'hui mais ça va beaucoup mieux.




Charles B. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Oh la la ! Kelle prof !

Mme Ohl est mon professeur de français, elle enseigne aussi le latin au collège. J'ai choisi de l'interviewer pour vous la prése...