mardi 12 décembre 2017

Un, deux , Troi(e)s , que la guerre commence...

 Jeudi 9 novembre 2017, des classes de 6e et 5e du collège du Bastberg sont allées voir le spectacle « Troi(e)s » au Palais des Rohan à Saverne. Ce n'était pas la première fois que les élèves voyaient sur scène Mathieu Epp le conteur du spectacle puisque le vendredi 20 octobre 2017, ils avaient pu voir la « 1ère partie » du spectacle qui s'appelle « Sur les Rives de Troie ». Ce dernier parlait des origines de la Guerre de Troie.


Trois + troie = Troi(e)s
Effectivement, sur scène il y avait trois comédiens :
- Mathieu Epp, le conteur donc « la voix » du spectacle.
-Anil Eraslan, le violoncelliste.
-Fred Guérin à la batterie.
La thématique de ce 2e spectacle était la 9e donc dernière année de la guerre de Troie. Il y avait toutefois des retours en arrière comme le départ différé à la guerre à cause des vents contraires envoyés par la déesse Artémis.

Les petites déceptions...
Les élèves ont été un peu déçus d'entrer dans la salle de spectacle et de voir que le rideau était ouvert. Il n'y a pas eu d'effet de surprise. On voyait immédiatement les instruments sur scène.
Il n'y avait pas vraiment de décor puisque seul un bloc noir était présent. Il servait à Mathieu Epp de piédestal au moment où il « est » Cassandre et ce bloc sert aussi de support pour une bassine d'eau avec laquelle Fred Guérin joue de la musique.
Les trois comédiens étaient habillés en tenue de ville. Là encore, les élèves s'attendaient peut-être à des costumes qui évoquent la guerre de Troie : une cuirasse, des sandales, un bouclier…
Enfin les jeux de lumière étaient aussi quasi inexistants : les élèves auraient aimé qu'il y ait des gélatines de couleur. Bleu pour tout ce qui évoque la peur des personnages et le rouge pour les moments de guerre mais aussi pour évoquer la colère et le sang.

Les belles trouvailles du spectacle…
L'univers musical a réussi à nous propulser dans la guerre de Troie. La batterie et le violoncelle rythmaient le récit de Matthieu Epp. Fred Guérin a débuté le spectacle en utilisant sa batterie comme un gong qui marquait le début des combats. Cela rappelait même le rythme imposé aux esclaves dans les galères. Fred Guérin a également utilisé un drôle d'instrument : une bassine d'eau avec des grelots qui résonnaient lorsqu'ils étaient plongés dans le liquide. Cette « musique » accompagnait le récit des pleurs d'Achille qui venait d'apprendre la mort de son ami Patrocle.
Un moment a été particulièrement fort c'est le moment de la colère d'Achille où Matthieu a utilisé une voix grave et puissante. Il a hurlé cette tristesse.Pour représenter le combat des deux hommes, le conteur se plaçait d'un côté ou de l'autre du micro, à gauche il était Achille ; à droite, Hector. C'était une performance de comédien !

La compagnie Rebonds d'histoires s'était lancé le pari de « dépoussiérer la mythologie grecque et lui redonner vie ». Le pari a été réussi car Matthieu par son talent de conteur a réussi à captiver l'attention du public. De plus, la compagnie a fait le choix de l'humour et d'un langage parfois relâché. Les élèves ont apprécié à la fin l'échange avec les comédiens.

Les élèves de la 5e1. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire